Générique madame M.
Crédit photo : Christophe Raynaud de Lage / La Minoterie / mai 2011 / Comme une absence qui flotte dans la lumière…
Générique madame M.
Crédit photo : Christophe Raynaud de Lage / La Minoterie / mai 2011 / Comme une absence qui flotte dans la lumière…
Générique madame M.
Crédit photo : Christophe Raynaud de Lage / La Minoterie / mai 2011 / Comme une absence qui flotte dans la lumière…
Générique madame M.
Crédit photo : Philippe Deutsch / La Minoterie / mai 2011 / Les carnets de bal de Julie
TRIBU Jessica Fouché
Crédit photo : Xavier Lambours / Répétition Octopus – Rennes 2010 / Jessica Fouché

 

 

madame M.

 

M. comme Minoterie

Une minoterie ça a une vie

Des tonnes de grains quotidiens

Devenus farine

Avec des hommes et des femmes vêtus de rêves blancs

Un jour la farine devient sel

Le voyage blanc continue

Du blanc au bleu

Les hommes et les femmes travaillent dur

Avec le rouge comme signature 

Des traces de sel sur les poignées de portes

Et le grand livre des comptes qui un jour se tait

Après ce jour la minoterie est livrée au silence et à l’attente

«Tout va changer» entend-elle

Sauf les murs avec leurs murmures de pierre

Qui racontent ce qui se rêve

Il y avait des hommes et des femmes ici

Le platane dans la cour en est témoin

D’autres vont venir

Ils sont habillés de toutes les couleurs

Plus de farine ni de sel

Une autre histoire et madame M

Aime les contes neufs

La minoterie se remarie

Pour accueillir dans ses murs

Des cris de yétis apprivoisés

Les rêveurs de futur

Ils ont des corps orange et des têtes ébouriffées

Ils sont sa renaissance

Et si personne ne connaît celui qui naît.

Comme les parents d’un nouveau-né

Il suffit de l’aimer et d’espérer

 

 

Cartographie de l’imaginaire

In Livre du commencement / madame M.

L’accompagnement artistique d’un projet de mutation urbaine

Tout commence par une friche industrielle remarquable à Ivry-sur-Seine et du projet du groupe Brémond d’en faire un lieu collectif de travail et de création dédié à la ville et à l’image (architectes, projeteurs, maquettistes, agences de communication, arts et technologies numériques...).

« La Minoterie, puisque c’est de moi dont il s’agit, est un ensemble de superbes bâtiments industriels emblématiques de ma ville, Ivry-sur-Seine.
Construite au début du 20ème siècle, j’ai troqué le grain pour le sel dans les années 60, pour accueillir une entreprise de salaison et d’importation de produits de bouche, véritable poumon économique du quartier Gambetta. Les Établissements Molinari ferment leurs portes en 2004, me laissant provisoirement endormie…

Pour préparer ma nouvelle destinée, je voulais vivre une belle histoire, l’espace de quelques nuits, que des artistes me pomponnent, me chantent, me dansent et volent dans mes charpentes… Je voulais qu’un fil se tende entre la mémoire ouvrière qui hante mes murs et les lendemains que l’on me prépare, tournés vers les œuvres de l’esprit et de l’imagination.
Je rêvais d’un rituel un peu fantasque pour préparer cette mutation sans nostalgie ni amnésie… »

L’idée d’une résidence artistique s’impose alors comme une médiation possible. Des artistes au travail, de l’ouvrage au service d’un récit fictionnel, de la compétence et de l’exigence au service de la fantaisie…
Notre Minoterie, une fois passée au crible du regard sensible et des émotions que font flotter l’absence et la lumière, deviendra pour quelques soirs, Madame M., une grande dame vénérable et légère, hantée par de drôles d’anges qui bricolent d’étranges métamorphoses.

Séduits par la beauté du site, inspirés par ses volumes, touchés par les traces laissées ici et là par le travail de jadis, nous nous sommes plu à suivre les fantômes de Madame M. dans une visite aussi décalée que spectaculaire…

Nous jouerons donc ici le rôle modeste et passionnant de passeurs.

Laurent Gachet & Jean-Yves Pénafiel

Une rencontre...

En 2003, Jean-Yves Pénafiel prépare la création d’un spectacle musical Bacchantes qu’il doit créer à la Scène nationale de Marne-la-Vallée. Par un destin étonnant, il est invité à l’académie fratellini pour y diriger le premier stage d’interprétation scénique pour les artistes circassiens.

À cette date, sous l’impulsion et la direction de Laurent Gachet, l’académie fratellini est devenue École nationale supérieure des arts du cirque au sous-titre évocateur de manufacture d’inspirations.

Dès leur première rencontre, les deux hommes dialoguent longuement. Laurent Gachet prépare alors Dédale, le cirque des origines, un spectacle monumental qui a inspiré l’architecture de l’Altaïr, la cathédrale de bois et de toile, qu’est le grand cirque de l’académie.

Leur curiosité artistique mutuelle les conduit à signer ensemble une première mise en scène, un banquet de cirque étonnant et foisonnant, plébiscité par le public, qu’ils emmèneront au Maroc pour la première édition de la biennale des arts du cirque et du voyage à Salé : Karacena 2006.

Chacun à son niveau œuvre pour un cirque contemporain exigeant et audacieux. D’autres spectacles et des numéros circassiens sélectionnés dans les plus grands festivals seront montés à l’académie et ailleurs.

En 2008, pour la deuxième biennale de Salé, Laurent Gachet crée une impressionnante fresque urbaine Les Enfants du Bouregreg. De son côté, Jean-Yves Pénafiel devient directeur artistique de Circo para Todos, à Cali, en Colombie et crée Urban qui sera produit à Madrid puis à Londres avec un grand succès public.

Leur avant-dernière aventure commune c’est Laurent Gachet qui l’a conduite, pour la troisième biennale de Salé, en 2010 : Danse avec les fous ! Jean-Yves Pénafiel y est accueilli comme artiste associé et il s’y produira comme acteur et chanteur avec le groupe vocal Mana qui est né à Quai des Voix, à Ivry, en 2009.

Les métamorphoses de madame M. marque une nouvelle étape dans leur collaboration et s’inscrit dans l’expérimentation des écritures artistiques comme vecteur de médiation des mutations urbaines…

 
 

Jean-Yves Pénafiel
Chanteur, pédagogue, metteur en scène

"Les voyages artistiques sont fait de rencontres décisives, de réussites publiques qui vous engagent vers un avenir florissant et d’échecs désespérants qui vous envoient sur des chemins de solitude. Comme pour le boxeur le plus difficile pour un artiste c’est de durer et d’aimer jusqu’au bout l’un des plus beaux métiers du monde."

Depuis 30 ans Jean-Yves Penafiel  est acteur, chanteur et metteur en scène, il joue longtemps avec le théâtre du Lierre et chante avec le quatuor vocal « Nomad » qu’il fonde en 1989, (chants a capella, inspirés par les musiques du monde), avec lequel il enregistre trois disques dont le premier a obtenu le prix Charles Cros.

En 2009 comme un retour aux sources, il fonde le quintet vocal Mana avec lequel il crée un spectacle étonnant et plébiscité par le public. Mana est sa plus belle aventure chantée.

Depuis 1984 Il a interprété au théâtre quelques grands rôles du répertoire tragique : Don Juan, Œdipe, Laïos, Agamemnon, Thyeste, Icare, Oreste.  La tragédie est le lieu de tous les excès et pour un acteur un engagement émotionnel et physique total.
Opéras contemporains, musiques du monde, jazz et musiques expérimentales, il est chanteur soliste  avec Jean-Marie Machado, les percussions de Strasbourg, le trio Archipel, Fabien Tehericssen, Joaquin Orellana et l’ensemble de cuivres de l’inter contemporain.

Dans le même temps, les tournées du théâtre du lierre l’ont mené en Amérique centrale. Il y reviendra chaque année pendant près de 12 ans. Il y met en scène plusieurs spectacles (en collaboration avec culture France), «El trafico», «El Convite» «En los Cerros de Ilom» «la Profecia». Sa passion pour les cultures amérindiennes se confronte à la réalité du monde latino américain.

La pédagogie a toujours accompagné son parcours d’artiste. Il a dirigé de nombreux travaux de théâtre et de chant en France et à l’étranger. Il enseigne, la création vocale et l’improvisation, le coaching scénique et l’interprétation et par conséquence réalise pour la scène plusieurs mises en scène  ou coaching pour des chanteurs.

En 2004, après de 2 ans de préparation, d’écriture et de montage de production, il met en scène Bacchantes spectacle musical adapté des Bacchantes d’Euripide en coproduction avec plusieurs scènes nationales. Il en créera aussi un solo chanté fulgurant et décadent Satyres crée et coproduit par Quai des Voix et la Scène nationale de Niort

Après tant d’années d’errances heureuses, il a eu le besoin d’une maison artistique. Depuis 2007 il est cofondateur de «Quai des Voix» lieu dédié aux voix du monde et à la création vocale contemporaine.

De 2004 à 2008, sa pratique multidisciplinaire le conduit vers le cirque. Il devient artiste associé de l’académie Fratellini. Il dirige la formation scénique des artistes circassiens et met en scène des numéros de cirque contemporain: «Pizzicato» «Le Baiser d’Or», «Black Pearl», «Wackyland» plusieurs de ces numéros sont sélectionnés et primés dans des festivals internationaux. Il met aussi en scène des spectacles Karacena, banquet de cirque en collaboration avec Laurent Gachet et Cabaric à brac qui s’inscrivent avec succès dans l’écriture du nouveau cirque Français. 

Depuis 2008, il est metteur en scène associé de Circolombia pour lequel il réalise plusieurs mises en piste dont Urban, produit et joué en 2010 au Round house à Londres et au Circo Price à Madrid. Le spectacle sera repris en tournée à partir de 2011.

Pour 2012 il prépare Le printemps, son sacre et ses rituels, une coproduction de l’ambassade de France et de la Compagnie Acrobatique de Canton en Chine pour une création en 2012 au festival «Croisements» à Canton.

Voici le résumé des 30 premières années de sa vie artistique.
 
 Laurent Gachet
Auteur, metteur en scène, scénographe, inventeur de projet

Auteur, metteur en scène, scénographe, directeur de projet Laurent Gachet a conduit une recherche sur la dramaturgie des spectacles urbains, qui lui a permis d’écrire et de mettre en œuvre les Sept voyages d'Abel Priscott (Manifestations liées à l'ouverture du Tunnel sous la Manche en 1994).
Premier opus d’une exploration des grandes formes de création urbaine qui se poursuivra en 2003 avec Le Port pour les 9° Mondiaux d’Athlétisme Paris/Saint-Denis, Les Enfants du Bouregreg au Maroc pour Karacena 2008 et La Sarabande du Flying Dutchman pour Karacena 2010.
 
Il a écrit et mis en scène :
La Nouba du cirque (2000), Les Trois visages d’Orphée et Les Cinq piliers du cirque (2002), Planète cirque (2003), Tohu Bohus, à la recherche des anges (2004), Karacena, Banquet de cirque (2006 avec Jean-Yves Pénafiel), Bartal où l’enfant qui voulait devenir grand (2006), Dédale, le cirque des origines (2007), Les Naufrageurs (2010) une nouvelle version de La Nouba du Cirque (2010), Road-musik #1 (Montmorency 2010), Road-musik #2 (Le CentQuatre - Paris 2011), Road-musik #3 (La Ménagerie de Verres – Paris 2011), Les métamorphoses de madame M. (La minoterie – Ivry 2011)
Il apporte sa contribution à la création de numéros de cirque tels que Sang dessus dessous, Sisyphe... et Dream Catcher.
 
Ingénierie artistique et culturelle :
Chargé de mission pour les arts du cirque à Horslesmurs en 1996, il crée et dirige la revue internationale arts de la piste jusqu’en 1999.
En 1999, il initie le projet de l’académie fratellini qui sera construit sur la ZAC Landy-France et inauguré en 2003.
Maître d’ouvrage de ce programme HQE développé sur 2 ha, il en sera le directeur général et le directeur artistique jusqu’en 2007.
Il est le cofondateur avec Touraya Bouabid de l’École de cirque Shems’y à Salé (Maroc) en 1999 et cofondateur en 2006 de Karacena, biennale des arts du cirque et du voyage, entièrement dédiée à la création.
 
Édition et composition :
Il publie La Saga des Fratellini (2004) et Le port, mémoires d'un phare en pleine terre... (2005) aux Éditions Magellan et Cie ainsi que Carnet d’une création au risque de l’équitable, Vol I – Dédale, le cirque des origines (2008), Vol II – Les Enfants du Bouregreg (2009), Vol III - Danse avec les fous ! (à paraître en 2010).
Il collabore avec le chorégraphe contemporain Dominique Bagouet pour lequel il signera les pièces musicales Jack art song pour So schnell (1990) et Murmullo de Lindaraja pour Necessito (1991).

Partenaires

Groupe Brémond
Fondation Le Damier
Silence !
Quai des Voix
Compagnie du Lierre
Construction Moderne
 

Remerciements
 
Bernard Brémond
Flore Trautman
Jérôme Aubé
Daniel Frémion
Clément Gutzman
Nathalie Marguerin
Groupe Brémond

Daniel Mayet
et les services de la Ville d’Ivry-sur-Seine

Anna Alexandre
Quai des Voix

Mr Maghalaes
Construction Moderne

Fabrice Mayet
Vanessa Tafna
Gabrielle Jéru

Farid Paya
Thierry Meule
Compagnie du Lierre

Gilles Hugo
Silence !

Lahlou Benamirouche
La Chaufferie / Cie DCA – Philippe Decouflé

Cie des Grandes Personnes

Cie des petits Zeff

La Villa mais d’ici – Aubervilliers
Chouchane Abello

Cécile Dulac
Atelier costumes Abicene

Imprimerie du Journal Le Monde
Sylvain Chabany
Chabany SAS

Mr Abdallah
LG des Emballages

L’équipe du Bistrot de la Place

à Ivry-sur-Seine

 
Générique

Conception, écriture et mise en scène
Laurent Gachet & Jean-Yves Pénafiel

Scénographie, lumières
Laurent Gachet

Assisté de
Cécile Favale

Création des marionnettes et déco
Cécile Favale

Costumes
Gwendoline Grandjean

Musique et habillage sonore
Chkrrr

Sylvain Favre (Violon)

David Gubitsch (Électroacoustique)
Valentin Mussou (Violoncelle)

Plasticien
Créateur du yéti
Fred Sapey-Triomphe
 
Avec :
Le rêveur
Jean-Yves Pénafiel

Minos
Benjamin Georjon

Nadir
Cécile Favale

Le machiniste
Laurent Gachet

Septentrion
Sébastien Bouviale

La femme d’en bas
Séréna Fisseau

La femme verticale
Amélie Kourim (Tissus aériens, corde lisse, trapèze fixe)
La danseuse
Jessica Fouché

La voix du silo
Louisa Bailèche

Les Minotiers
Chloé Moura

Bertrand Saky Tchébé

Mathieu Hibon
Le yéti acrobate
Devlin Bogino

Le yéti trader
Joseph Di Mora

Le fils du yéti
Arnaud Vernet

La lavandière de la mondialisation
Emmanuelle Gabarra

Les prêtres des décombres
Quintet Vocal Mana

Louisa Bailèche

Séréna Fisseau

Emmanuelle Gabarra

Jean-Yves Pénafiel

Arnaud Vernet
Duo du funambus
Chloé Moura
Mathieu Hibon (Fil et funambule)
 
ÉQUIPE IMAGES :
Création grandes images
Anne-Laure Coulibaly

Réalisation et montage vidéos
Jean-Yves Ricci

Images funambus et régie vidéo
William Nurdin,
Emilie Salquèbre

Mission photos
Christophe Raynaud de Lage
Philippe Deutsch
Modèle
Gabrielle Jéru

 
PRODUCTION :
Administration
Yannnick Parage

 
TECHNIQUE :
Régie générale
Fabrice Lett

Accroches aériennes
Davis Bogino

Gréement
Hervé Grizard

Corderie Clément
Techniciens, constructeurs
Damien Biancotto

Hugues Moncelet &
Andréa Vega (Gravure sur pierre)
Assistantes décor et costumes
Aronde Lallemand

Maya Perolini

Katty Loisel
Prestation son
Silence !

Gilles Hugo

Amaury Leroux
Prestation lumière
Synergie

Loïc Sério
Régie prévention
Le Bureau C

Philippe Cuvelette

Fred Poullain
Eclairage de sécurité
Light Event
Accueil, sécurité
Alerte sécurité


Matériel prévention incendie
Etablissements Tabart


 
OUTILS EN LIGNE :
Conception, développement
Agence C’est en ligne !

Coordination éditoriale
David Gubitsch

Community manager
Rafaël Gubitsch

 
ÉQUIPE ACCUEIL, BAR

:
Emilien Fabrizio

Laetitia Grandvilliers

Maya Perolini

 

 

Jessica Fouché

 

Petite fille, Jessica entreprend une formation de danse classique et de piano au Conservatoire, puis à l’âge de 13 ans, elle s’attèle à la danse contemporaine. Enfant de la balle, elle connaît la scène très jeune et, au gré des productions familiales, découvre et apprend différents styles de danse, continuant à ouvrir son horizon artistique et technique.

En parallèle de son activité de danseuse, elle obtient une maîtrise de Droit et un master d’Économie Culturelle à l’Université Paris 1 avec en tête l’idée de maîtriser les clés de l’ingénierie culturelle et de la production artistique pour mener à bien ses propres projets de création artistique.

À la suite d’une expérience en production, elle rencontre Philippe Decouflé dont elle deviendra l’assistante pendant deux ans. Elle sera à ses côtés pour les tournées de Sombreros et Cœurs Croisés et pour les créations de Désirs au Crazy Horse en 2009, et Octopus à Rennes, en 2010.

Bien entendu, elle suit assidûment les cours de la compagnie DCA, et multiplie les masterclasses avec Peter Goss, Robyn Orlin, Gigi Caciulianu ou Marion Lévy… Elle danse dans les projets de Stéphane Fratti, Christian Bourigault, Radja Baste.

En 2007, elle rencontre Laurent Gachet dont elle devient l’assistante pour un projet de création monumentale Dédale, le cirque des origines. Leur collaboration continuera, en 2010, dans le cadre de la troisième édition de Karacena, Biennale des arts du cirque et du voyage à Salé au Maroc, où elle sera assistante à la mise en scène et coordonnera les parties dansées élaborées par le chorégraphe Pierre Doussaint.

En mai 2011, à l’invitation de Chkrrr et de l’écrivain Camille de Tolédo, elle danse à la Ménagerie de Verre avec Claire Tran et Alanne Fernandez, pour Road Musik #3.

Madame M
Chkrrr & Mana
Les Hangars
Séréna Fisseau
La nef de sel
Chkrrr
L'autel des décombres
Jessica Fouché
 
La minoterie
Facebook Mentions légales